Wonderwalls

> 28 novembre 2015

19:30

gratuit

À l’occasion des 150 ans de la parution des Aventures d’Alice au Pays des Merveilles, le Collectif Illicium et l’Atelier 210 s’unissent pour créer un évènement multiforme qui s’articulera autour du spectacle ALICE.

 

Wonderwalls est une exposition collective organisée par le Collectif Illicium et l’Atelier 210, réunissant 9 artistes venus d’horizons différents afin de rendre hommage de façon personnelle à l’œuvre de Lewis Carroll pour le 150e anniversaire d’Alice au Pays des Merveilles.


Comment les jeunes artistes s’approprient le mythe d’Alice ? Quelle est la trace de l’œuvre originale dans leur travail ?
Le vernissage de l’exposition sera un événement vivant, où le public pourra assister à une performance musicale de Julien Lemonnier. Ainsi qu’une Tattoo Performance réalisée par Arthur Mouton. Le public assistera aussi à des déambulations de silhouettes masquées.
L’Atelier 210 sera donc transformé pour l’occasion pour accueillir des œuvres surprenantes et variées, dans une ambiance immersive.

 

Le vernissage se tiendra le 16 novembre à 18h. L'exposition sera ensuite accessible durant toute la durée du spectacle Alice.
 

Arthur Mouton

Arthur Mouton:

Après une formation en sculpture de cinq ans au Carré des Arts, il se lancera aussitôt dans la création contemporaine, avec quelques pièces plastiques intrigantes, visibles sur son blog : http://arthurmouton.blogspot.be.

Le jeune créateur exposera alors, entre autres, au BAM, au Pass et à Tour et Taxis. C’est une œuvre qu’il réalise en 2010, intitulée «Oranges tattoo», qui lui donnera l’envie de s’engouffrer dans cette brèche. Et suite à un partenariat qui a tourné court avec un tatoueur fleurusien, Arthur s’est installé à Charleroi, sa ville de cœur.

Arthur exposera une série de dessins, de modèles de tatouages inspirés d’Alice au Pays des Merveilles, dans un style graphique, fragmenté et imprégné d’une étrangeté.

Il réalisera pour le vernissage de l’exposition une Tattoo Performance, où il tatouera en live.

Sandrine de Borman

Sandrine de Borman :

Fascinée par le monde végétal, déambulant des Andes au Queensland australien, en passant par Saint-Idesbald, la plasticienne Sandrine de Borman questionne les liens ambigus que nous entretenons avec les objets, la nature et les paysages qui nous entourent.

Dans son travail de création personnelle, Sandrine sertit dans la pulpe de papier ou sur le textile les traces de moments d'émerveillement, comme les reliquaires d'un espace-temps précieux qui nous file entre les doigts. Dans le même esprit, elle collecte des éléments étonnants qu'elle assemble dans des boîtes ou contenants délicats, ou qu'elle réunit dans des installations, souvent mouvantes.

Sandrine tente ainsi de conjurer la destruction paradoxale de ce qui la fascine, inhérente à la création.

Elle exposera deux constructions métalliques autour du thème de la chute. On y retrouvera des éléments qui nous fétiche de l’univers d’Alice tels que les clés, ou encore les sachets de thé. 

Robin Montrau

Robin Montrau :

Diplômé en Image de l’institut des Arts de Diffusion, Robin Montrau endosse différentes casquettes de chef opérateur et photographe. Il développe un univers visuel fort qui détourne, distord la réalité et les échelles, grâce à des techniques de fragmentation et de réassemblage d’images de tailles et de profondeur différentes. L’univers d’Alice ne lui est pas étranger, car il a réalisé toute une série de visuels pour le spectacle ALICE du Collectif Illicium, il a aussi été directeur de la photographie sur le teaser de la pièce, en collaboration avec Yoann Stehr et Ahmed Ayed.

Pour l’exposition Wonderwalls, il proposera une série inédite mettant en scène des corps en mutation.

Margaux Baert

Margaux baert est une graphiste et artiste plasticienne établie à Bruxelles. Après un an d'études aux USA elle est acceptée dans la section gravure et image imprimée de l'ENSAV La Cambre. Elle se redirige vers la section Communication graphique et visuelle un an après. Durant sa formation elle explore différentes formes de créations, de l'illustration à la création d'affiches et réalisation d'identités visuelles. Elle découvre la technique du papier découpé qu'elle maitrisera pour la création des masques de la web série ANIMAL NOIR. Parallèlement à ses études elle travaille comme graphiste et illustratrice freelance pour des clients de domaines variés: designers, curateurs indépendants, agence de presse... Elle a également exposé son travail durant le parcours d'artistes de Saint-Gilles en 2014 et à la Maison Pelgrims en mai/juin 2015

Pour Wonderwalls, Margaux exposera des masques en papier découpé.

     

Ichraf Nasri

Ichraf Nasri :

Après des études à l’institut des beaux arts de Sousse, en Tunisie, Ichraf Nasri décide de poursuivre sa formation en photographie à la Cambre.

Ichraf tente de capturer la poésie du quotidien, en livrant des détails d’intimité et de moments volés, et en leur réstituant leur beauté originelle à travers une géométrie précise. Une démarche qui oppose l’instinct , la subjectivité et la spontanéité à un la refléxion, la recherche et l’esprit cartésien de l’artiste.

Iris Christidi

Iris Christidi:

Iris a commencé dans le théâtre en accomplissant en 2010 un cycle de trois ans d’études à la Kleine Academie, école à pédagogie Lecoq à Bruxelles. Après avoir passé un semestre d’études sur le jeu classique et shakespearien à Londres (LAMDA), elle revient vers Bruxelles pour compléter sa connaissance de l’espace scénique avec des études en scénographie à l’école d’arts visuels de La Cambre.

Entre-temps, elle apprend beaucoup de la manipulation et la fabrication de marionnettes, en suivant plusieurs formations diverses et variées, de la marionnette traditionnelle, au masque avec Lucia Picaro, etc.

Après avoir assisté Cécile Hupin sur le spectacle “Babelere” en 2011, elle réalise le décor et marionnettes pour une petite pièce jeune public “le Diable des Rochers”.

En 2012 elle fait toutes les marionnettes, masques, costumes et décor pour le spectacle “Le Passeur” de la compagnie Domya. Elle vient compléter, en 2014, la scénographie conséquente du spectacle “ALICE” d’Ahmed Ayed (Collectif Illicium).

Pour l’exposition, Iris aura une carte blache pour réaliser une installation.

Yoann Stehr

Yoann Stehr :

S’inscrivant dans le droit fil des représentants du Found Footage, Yoann Stehr recycle ces matériaux à sa guise, les détourne pour leur offrir une seconde vie. Comme il le souligne, il s’agit de « donner une dernière chance à des images mortes ou enfermées dans ce qu'elles ne devraient pas dire ». En s’appuyant sur des matériaux divers et sur la technique de l’animation numérique, Yoann Stehr semble mettre à mal les principes connus du 7e art : la relation entre son et image, la notion de séquence, l’intrigue, le décor ainsi que le traitement du personnage.

Il a notamment réalisé et monté le teaser d’ALICE du collectif Illicium et a collaboré avec la compagnie Point Zéro sur leur dernier spectacle « Borgia ».

Il présentera pour l’exposition, une installation vidéo inédite avec la complicité du musicien Pierre Jacqmin.

Clément Losson

Clément Losson:

Formé à la cambre en architecture d’intérieur, Clément Losson explore l’espace, l’objet, le corps. Ces explorations s’appliquent aux champs des arts plastiques, de l’architecture, de la scénographie et de la performance. C’est la fabrication de fictions naïves, de biotopes et de paysages dans lesquels le spectateur où l’usager est invité à se projeter. Ce travail s’appuie sur la fébrilité des choses et leur capacité à changer, à se mouvoir, dans des temporalités et à des échelles variables.

Pour l’exposition, il propose d’observer le fragment d’un territoire onirique. A la fois construction gigantesque ou simple portion d’un espace habité enfoui sous les sédiments.

Clik Van Zenovitch

Clik Van Zenovitch (jdk)
 

A l’instar de A.Warhol qui exploite jusqu’à la limite du plagiat l’œuvre d’autres artistes (cfr. Campbell soup, Marylin,etc.); ou de M.Duchamps et de ses ready-made, Clik VZ interprète, invente, copie, multiplie,dérive, s’approprie et mélange la fiction de l’œuvre et de sa copie, fac-similé d’une réalité en perpétuelle métamorphose...

Pour cette exposition, il s'inspirera des premiers dessins réalisés par Lewis Carroll lui-même pour illustrer son manuscrit d'Alice Sous Terre. Un manuscrit qui donnera naissance plus tard au fameuses aventures d'Alice au Pays des Merveilles.
Un hommage à l'essence du mythe d'Alice à travers une réappropriation personnelle.