The Field (swe) + Fantastic Twins (fr) + Laake (fr)

Portes : 21:00
Show : 22:00

Prévente: 14€ / Sur place: 17€Tickets

L’Atelier 210 et Goûte Mes Disques sont heureux de s’associer une nouvelle fois pour deux soirées exceptionnelles qui marqueront les 10 ans du webzine!

The Field (swe – live)

Autrefois jeune pousse d’un label qui dictait déjà sa loi dans tous les clubs du monde entier, The Field fait désormais partie de la crème des producteurs made in Kompakt. Et pour cause, avec pas moins de 6 albums en onze ans (dont l’éternel From Here We Go Sublime en 2007), les boucles entêtantes de Axel Willner n’ont eu de cesse de fasciner, de faire voyager et de faire danser. On est donc logiquement très heureux d’accueillir le Suédois pour cet 10 anniversaire, lui dont l’exceptionnel travail accompagne le site de GMD depuis qu’il existe… Il viendra nous présenter en exclusivité son petit dernier: un Infinite Moment ambitieux et labyrinthique et qui, comme tous ses précédents efforts, récolte son lot de dithyrambes.

Fantastic Twins (fr -live)

Julienne Dessagne gravite autour des radars GMD depuis quelques années: accompagnée à une époque par la référence Sascha Funke au sein de Saschienne, elle vole aujourd’hui de ses propres ailes avec Fantastic Twin, anciennement The Twins. Affiliée à des labels aussi essentiels que Optimo Music ou Hippie Dance, la Stéphanoise exilée à Berlin se nourrit de l’énergie des villes qui l’ont vue grandir, au sens propre et figuré, et transpose en musique une éducation musicale qui s’est autant faite dans des salles de danse contemporaine que dans le sous-sol du légendaire Sub Club de Glasgow. A l’arrivée, on se voit servir sur un plateau d’argent une musique maline, qui emprunte autant à la techno qu’à la house ou l’electronica, et qui nous éclabousse de sa chaleur et de sa générosité…

Laake (fr – live)

LAAKE c’est Raphaël Beau, 27 ans. Alors autant être clair: partout où vous entendrez ce nom, on vous balancera le nom de Nils Frahm comme pour mieux vous embobiner. Pas que la comparaison soit honteuse ou fallacieuse, mais plutôt que contrairement à l’Allemand qui fait dans le « tout ouaté » et le très fragile, le Français n’a pas peur de bousculer son piano, de l’emmener sur des territoires plus accidentés, moins prévisibles. Un talent qui ne se dément pas à l’écoute de son EP PIAANO, que le Parisien viendra présenter pour la première fois dans une salle bruxelloise.