Mauno (ca) + Annabel Lee (be)

20:00

Prévente: 7€ / Sur Place: 10€Tickets Facebook

Un bijou de pop indé en provenance de Nouvelle-Écosse…

Mauno

Depuis sa formation en septembre 2014, Mauno (prononcer Mao-No, un homage ironique au grand-père pas du tout musical de la bassiste/chanteuse Eliza Niemi) a toujours produit une musique vagabonde qui  s’affranchit des cases. Sur leur premier album, ‘Rough Master’, ils se baladaient entre une pop grungy et des plages de piano ambient sublimées de cordes, le résultat de l’éducation musicale de Niemi, partagée entre violoncelle classique et rock progressif.

‘Tuning,’ leur deuxième album à paraître, est une bête différente. « C’est un album bien plus orienté pop et concis » nous dit Nick Everett, chanteur et guitariste du groupe. « Nous  avons donné beaucoup plus d’attention à sa création. Il est plus mature je pense mais je l’ai aussi écouté plus de 10.000 putain de fois et je ne suis plus sûr de savoir encore quoi en penser » clame-t-il en riant. Inspiré du sous-titre du fameux livre ‘Soundscape’ du musicologiste R. Murray Shafer, ‘Tuning’ se veut le prolongement musical de la réplique emblématique du livre « Fais taire le bruit dans l’esprit, c’est la première tâche. Ensuite tout le reste suivra ».  Dose subtile et apaisante de musique indé existentialiste, ‘Tuning’ aidera sûrement à faire taire le bruit dans le vôtre.

Annabel Lee

Annabel Lee prend forme à Bruxelles début 2016 alors qu’Audrey s’entoure de  Vankou (Black Sheep) et de Charles  (Mountain Bike)  pour lancer son nouveau projet et donner vie à ses compositions.  S’ensuivent  trois premiers concerts sous le nom de « Best Good Friends ». Aurélien les rejoint par la suite pour l’enregistrement de leur premier EP.  Avec des influences allant de Fidlar aux Distillers en passant par Courtney Barnett, oscillant entre des histoires de cœur et de salami, Annabel Lee pratique une pop naïve de cantine aux nuances garage grungy girly.