Exposition: 'Regards Noirs'

> 27 octobre 2017

20:00

gratuit

Dans le cadre de Next Stop Charleroi, l’Atelier 210 organise une exposition photographique baptisée « Regards Noirs ». 4 photographes belges et étrangers y confronteront leur regard sur Charleroi, ville de contraste déchirée entre ombre et lumière. Avec Regards Noirs, c’est une vision riche et différente de Charleroi et de ses habitants que nous choisissons de mettre en avant. L’exposition sera accessible gratuitement durant toute la durée de Next Stop. Vernissage : Jeudi 5 octobre à 19h.

Avec des oeuvres de:

Jens Olof Lasthein (se)

Invité par Xavier Canonne, le directeur du Musée de la Photo, à venir à Charleroi pour photographier cette ville en pleine mutation, guidé par son instinct et piéton convaincu, Jens Olof Lasthein a marché à la rencontre des gens, des gens simples, d’abord étonnés de cet étrange intérêt, puis lui ouvrant leurs portes, partageant avec lui un café, une bière, une confidence. En une quarantaine de photos, Lasthein nous livre des scènes de la vie de tous les jours dans la cité carolorégienne. Des photos fortes, teintées de tristesse, captées au détour d’une rue, dans un salon de coiffure, dans un bistrot, saisissant parfois, malgré tout, un sourire furtif ou l’espièglerie d’un enfant. Ces images racontent une histoire, celle d’une ville fracassée par le déclin industriel et la misère sociale. Une ville qui a pourtant séduit Lasthein. Résultat: des photos graves, vraies, sans concession, toujours respectueuses. Et sublimées par l’utilisation du panoramique, éclairées et composées comme des tableaux pour former en finale comme un récit ou un film. Un film qui ne laissera personne indifférent. (Source: Moustique).

 

Dave anderson (us)

C’est après l’exposition «Rough Beauty» consacrée à Vidor, une ville mal-aimée du Texas que le Musée de la Photographie, en partenariat avec le CPAS de Charleroi, a proposé à Dave Anderson de réaliser un reportage photographique sur Charleroi, s’inscrivant dans le cadre des missions photographiques initiées par le Musée pour conserver la trace d’une ville en pleine mutation.

Sa conclusion? « Charleroi is an Amazing Place! » Au fil des 120 photos, on croise un facteur consciencieux, des ados shootant dans un ballon au milieu de nulle part, le sourire d’une jolie fille au béret blanc marchant dans la neige, les regards mi-amusés, mi-intrigués d‘une jeune femme et de son « gamin » sur le pas de la porte. Il y a aussi ce chat fièrement trimballé en bagnole par un jeune rasta. Ce môme tentant en plein centre-ville de rafistoler son vélo.

Rien chez Anderson ne ressemble à des photos pour offices du tourisme. Rien n’occulte les fonds de grenier trash abandonnés au coin des rues ou ces casques de mineurs devenus obsolètes. Mais tout y raconte qu’à Charleroi aussi, on rit, on aime et on essaie d’être heureux, tout en taguant de vibrants S.O.S. sur les palissades. (Source: Charleroi-HD / Moustique)

Rens Dekker (nl)

« Je me rends en Belgique depuis des années pour y trouver l’inspiration. C’est un pays si proche et si différent  des Pays-Bas, souvent réglementés et superorganisés. La ville de Charleroi m’a complètement séduit. Tout d’abord en raison des nombreuses cicatrices qui jalonnent l’histoire de la ville, marquée par ses contrastes, et plus tard, en raison de ses habitants, les Carolos.

Les nombreux préjugés sur les Carolos n’ont, selon moi, aucune raison d’être. Ces habitants, décrits comme agressifs et dangereux, semblent particulièrement chaleureux, accueillants et surtout fiers. Ils m’ont accueilli dans leurs vies sans attentes ni méfiance.J’ai été surpris de la facilité avec laquelle les gens se laissaient photographier dans leur Pays Noir.

Chaque fois que je suis retourné à Charleroi, j’ai apporté les photos réalisées lors de ma visite précédente. J’ai interrogé ces gens et je leur ai donné ces photos encadrées. Leurs réactions étaient émouvantes et touchantes. Les Carolos se sentaient vus, compris et fiers.

Charleroi est une ville souvent incomprise par les gens qui ne font qu’y passer. Ils ne la jugent que sur ce qu’ils y voient de prime abord et ne prennent pas la peine de jeter un œil à l’envers du décor.

Ce que l’on voit dans l’autre en dit souvent plus long sur celui qui regarde que sur celui qui (n’)est (pas) regardé. Pour moi, les Carolos sont les âmes hautes en couleur du Pays Noir. »

Sarah Lowie (be)

 

À l’occasion de l’exposition ‘Regards Noirs’, Sarah Lowie viendra nous présenter pour la première fois son travail « Pennsylvanie ». Après avoir vécu avec le ‘Madil City Gang’ (groupe de rappeurs) pour un premier travail carolo dont le niveau d’intimité sacre une démarche photographique totale et immersive (le projet ‘Sixmille’) elle ressort ses films argentiques pour nous exposer l’urbanité d’un Charleroi parfois méconnaissable. Avec « Pennsylvanie », Sarah Lowie joue la carte de l’illusion en nous présentant le Pays Noir comme une ville de la banlieue d’un grand état américain. En ressort un sentiment troublant d’universalité et de fragilité du paysage urbain et des âmes qui le visite.

 

Horaires d’accès de l’exposition:

L’Atelier 210 n’étant pas en mesure d’assurer une permanence de journée voici les jours et heures d’ouverture de l’exposition. Notez qu’elle sera uniquement accessible lors de la tenue d’événements à l’Atelier 210 et que ceux-ci sont parfois payants.

  • Jeudi 5 octobre – 19h (Vernissage) Gratuit
  • Vendredi 6 octobre
  • Lundi 9 octobre – 19h Gratuit
  • Mardi 10 octobre – 20h Gratuit
  • Mercredi 11 octobre – 19h
  • Vendredi 13 octobre – 20h
  • Dimanche 15 octobre – 18h Gratuit
  • Vendredi 20 octobre – 19h30
  • Samedi 21 octobre – 20h
  • Dimanche 22 octobre – 19h30
  • Mardi 24 octobre – 19h30
  • Mercredi 25 octobre – 19h30